Lettre au Roi et la Reine de Belgique Concernant le Maghrexit

This slideshow requires JavaScript.

 

Sa Gracieuse Majesté le Roi Philippe I de Belgique, et
Sa Gracieuse Majesté la Reine Mathilde de Belgique

 

Veuillez trouver une introduction écrite à la main, je vous prie.

J’ai l’honneur de partager avec vous mes courriers avec Sa Gracieuse Majesté le Roi Mohammed VI du Maroc concernant le nouveau Maroc, de Tanger à Laguira, et concernant de nombreuses solutions pour un avenir que nous partagerons avec tout le monde.  Ce sont des nouvelles chances que je présente les aux immigrés de Belgique surtout ceux du Maroc pour lesquels la vie n’a pas été facile.  Le nationalité Marocaine a toujours fait partie des groupes les plus faibles de toute la société belge.  La situation des Marocains de Belgique n’a pas cessé de s’empirer au lieu de s’améliorer.

J’ai demandé au Maroc d’intervenir pour y remédier au plus vite possible, surtout pour arrêter cette tendance de la radicalisation Islamiste, qui est une idéologie suicidaire et totalement étrange à l’Islam.  Ne pensez-vous pas, Votre Majesté  qu’il est plus que normal de laisser le Maroc intervenir pour remettre sur le bon chemin ses citoyens à l’étranger, et pour aider la Belgique à garder sous le contrôle tout ce qui a rapport avec l’Islam ?

 

Sa Majesté le Roi Mohammed VI du Maroc est le Commandeur des croyants vu qu’il est un descendant directe de la famille du Prophète Mahomet, paix sur Lui.  L’autorité du Roi du Maroc est très puissante surtout en matière de la religion, et beaucoup plus importante que celle du Roi Salman d’Arabie Saoudite qui est le Gardien des lieux Saints.  Sa Majesté le Roi Mohammed VI du Maroc est une référence.

Le Maroc est une référence.  Il n’y a pas de radicalisme au Maroc. L’absence d’attentats dans ce pays le démontre un savoir-faire exceptionnel qui permet de démêler le vrai du faux en matière de l’Islam.   Les Européens qui ont choisi le Maroc pour y vivre, pour y passer leurs vacances ou pour y investir peuvent en témoigner.  Il me semble que le contact avec l’islam leur convient très bien.  C’est l’explication pour leur choix d’y rester.

Il ne le savent peut-être pas eux-mêmes, mais l’Islam est un esprit.  En réalité, c’est l’absence du stress mental qu’ils trouvent dans ce pays et que l’Islam apporte à ses croyants et qui affecte par contagion tout le monde d’autre.  Un autre mot pour l’Islam, c’est la paix.  Oui, le Maroc est un pays imbibé de paix au point que l’Ennemi du Maroc l’apprécie tellement qu’il souhaite avoir tout pays que pour lui.

 

Toutes les personnes qui m’ont connu depuis mon enfance, que ce soit ceux qui m’aiment ou ceux qui me détestent vont vous dire une chose de moi : « elle est calme et elle met les gens à l’aise ».  C’est mon état naturel et je m’efforce à poser des choix de personne et d’endroits qui me permettent de rester dans ma nature.

La Belgique est un pays de stress et de provocation et mon parcours en témoigne.  Dans votre pays j’ai subi une rage de la part de toutes les institutions du pays, peut-être parce qu’ils n’ont pas supporté mon calme.  C’est la seule raison que j’ai pu trouver pour leur colère qui certainement basée sur l’illusion de quelqu’un d’autre, peut-être c’est celui qui veut le Maroc que pour lui.  Un autre mot pour le stress, c’est le conflit.

 

Comme moi, un bon nombre d’immigrés du Maroc ne se sont jamais habitué au stress qu’ils ont trouvé en Belgique.  D’après-moi, ils ne vont jamais pouvoir le faire, parce qu’on ne peut pas gérer un stress qui se trouve dans la tête des autres.  La seule gestion possible pour y faire face, c’est d’éviter les source du stress, pour garder une qualité de vie et son identité.  Si le stress est le racisme, et donc une illusion dans la tête de l’autre, on ne peut pas s’en occuper pendant toute sa vie.

J’ai donc invité Sa Majesté le Roi Mohammed VI de montrer son autorité maintenant envers ses citoyens désorientés par des influences qui n’ont pas leur place dans l’Islam.  J’aimerai surtout attirer votre attention sur une lettre que j’ai adressée à la Fondation Mohammed V pour la Solidarité, que j’ai sollicité pour financer et accompagner le départ des Marocains résidents à l’étranger, surtout ceux de Belgique.

Je pense qu’il n’y pas d’infraction si je vous confie qu’en Belgique la paix est apparente.  Ce pays est le contraire du Maroc.  Le taux de la dépression en Belgique est le plus élevé d’Europe.  Le stress mentale est liés au fléau de la dépression dans ce pays.  C’est l’absence de la paix qui affecte par contagion tout le monde d’autre, que tout Musulman doit éviter, selon de Coran.  C’est donc le devoir de la Fondation Mohammed V pour la Solidarité de financer les préceptes du Coran et d’aider les croyants à accomplir leurs devoirs.

Dans la lettre à la Fondation Mohammed V pour la Solidarité j’ai cité un grand nombre de projets pour que les immigrés puisse mieux s’épanouir chez eux.

 

Dans une deuxième lettre intitulée « it takes a biscuit tin to solve terrorism »  j’ai avancé un angle par lequel nous pouvons résoudre les attentats de 22 mars 2016 à Brussels National Airport et au Métro Maelbeek.  J’ai rassemblé les détails de plusieurs dossiers comme le trafic humain que à l’UCL Saint Luc, comme Emgoldex, comme Sodexo versus Aramark auprès de l’OTAN, et le dossier de l’esclavage de stagiaires de Thaïlande.

Il s’agit souvent de très jeunes femmes entre 19 et 22 ans, qui venaient accomplir six mois de formation en Belgique.  Elles ont été exploitées par des grands hôtels sur le territoire de Zaventem en leur faisaient travailler six jours sur sept, du cinq heures du matin jusqu’à minuit, à cuisiner, nettoyer, à changer les draps du lit, entre autre.  Elles recevaient qu’une demi-journée de congé, c’était le lundi après-midi, après les cours chez Erasmus Hogeschool à Anderlecht.  Elles étaient payées 200 euros par mois.  C’était ça leur stage d’apprentissage dans l’Union Européenne, pour pouvoir présenter des références impressionnante aux employeurs en Orient.

Il me semble qu’elles avaient beaucoup plus à nous apprendre, ici en Belgique, et j’ai souhaité cette transmission à la jeunesse belge par un projet de partenariat public-privé entre un Temple Thai, Aramark et l’OTAN à Evère.  Ce projet requière justement la tranquillité d’esprit pour transformer un melon en dentelle.  Je vous prie de bien vouloir admirer le travail extraordinaire sur ce lien.  Avec un esprit tranquille on arrive à faire l’inimaginable.

J’ai appris beaucoup sur la vie des stagiaire de Thaïlande en aidant une à prolonger son séjour en Belgique.  Elle était menacée de représailles si elle ne rentrait pas à Bangkok.  C’est pour qu’aucune information ne puisse circuler sur l’esclavage qui existe en Belgique, pour faire croire au monde entier que la Belgique est un des seuls pays avec les salaires les plus élevés au monde, pour ainsi attirer des médecins et des ingénieurs des pays à plus bas salaire, et pour continuer à maintenir des illusions sur le niveau de vie des Belges et le niveau de développement dans ce pays où ils ne savent pas comment faire pour transformer du melon en dentelle, ou même le riz en un avion.

 

Les dossiers clé qui pourront résoudre les attentats concernent premièrement celui des biscuits en boite pour lesquels le bourgmestre de Zaventem, monsieur Francis Vermeiren, a montré un très grand intérêt en fin 2013.  Deuxièmement, il y a l’assassinat de madame Denise Janssens dans un dossier criminel à la Court de Justice d’Anvers, concernant des faux papiers et l’immigration.  Son meurtre n’a jamais été élucidé, mais une intervenante qui semblent faire partie de la même bande criminelle se défend silencieusement et à l’avance.  Il s’agit de madame Ina Valstar qui avait récemment apporté une boite à biscuit pour – à mon avis – symboliser le bourgmestre de Zaventem :

 

En premier lieu, il y avait Monsieur Francis Vermeiren, le bourgmestre de Zaventem, qui a rendu une visite auprès de la boulangerie Dims à Sint-Stevens-Woluwe.  Cette visite était perçue comme une bonne nouvelle par la boulangerie et j’ai préféré qu’on pense cela. Pour plus de détails sur les boîtes à biscuits, je vous prie, Votre Majesté, de lire « it takes a biscuit tin to solve terrorism ».  Dans cette lettre j’aimerais vous parler plus sur la boulangerie Dims.

Tout de suite après, j’ai aussi observé la multiplication de courriers de huissiers de Justice pour de cette boulangerie. Un huissier s’appelle Marc Duflou.  Celui-ci a toujours tendance de vouloir priver le jeune boulanger de ses outils de travail par des saisies.  Ce même huissier s’était occupé de mon éviction en fin 2014 de l’appartement que j’occupais.  Par le passé, il m’a fait payer des factures comme s’il faisait partie de l’administration des contributions.  (insert)

C’était la première fois que la boulangerie recevait aussi des rappels de paiements très curieux concernant la mère du boulanger de visites médicales qu’elle aurait effectuée à l’UCL-Saint Luc.  Celle-ci est certaine avoir toujours payé toutes les factures, mais elle ne se rappelait pas de toutes les visites. Cette histoire a provoqué des discussions au sein de la famille sur les factures qui seraient égarées parmi tous les autres papiers de la boulangerie ou peut-être jetées à la poubelle.

Je me rappelle avoir jeté un coup d’œil dans lettre du huissier avec le relevé des facture payées et impayée, et les factures que la dame avait classés, car heureusement, elle ne jette rien.   Je me rappelle avoir constaté des choses pas logiques au niveau des dates de facturation, par rapport à la date d’envoi de la lettre de paiement ou le rappel, et au numéro de suivi des factures.  Comme elle ne se rappelait plus des visites, j’avais suggéré d’envoyer le tout à la mutuelle et à l’INAMI pour vérification, ou à Test-Achat, mais la plus jeune de ses filles a préféré se charger du dossier par des débat téléphoniques avec les huissiers de Justice.

Il y avait bien une série de changements pour cette famille, comme la recherche soudaine d’un logement pour leur fille ainée est ses trois enfants, et la fin d’une boulangerie d’un de leurs fils qui avait fondé une Mosquée également.  Il a souhaité défendre sa Mosquée contre toutes les influence violentes.  C’était sa manière de protester contre une expérience précédente avec une Mosquée subsidiée par l’Ètat belge.  La nouvelle Mosquée a apporté aussi son lot souci, justement pour le faire accepter « le soutien du gouvernement ».  On a harcèle sa Mosquée, par exemple, en la vidant de toute équipement.  C’est une chose que j’ai vu de mes propres yeux.

Aujourd’hui, je vois plus claire quant à la main invisible derrière les huissiers, les facture de l’UCL Saint-Luc et le harcèlement dans les Mosqués.  Je suis révoltée par le fait qu’on s’attaques à une famille de boulangers vraiment magnifique.  La famille de la boulangerie Dims est peuplée de gens très honnêtes, qui travaillent réellement durs, et qui malgré les épreuves n’ont rien perdu leur humanité.  Entretemps, ils ont essayé la vente de gâteaux en sachets et cela fait marcher l’affaire.

 

Deuxièmement, il y avait l’assassinat de madame Denise Janssens dans le cadre d’une affaire de passeports et des visas falsifiés à Anvers, dans laquelle j’ai été arrêtée.  Lié à cette affaire, il y a le henné que ma mère apportait du Maroc à la fois pour madame Valstar et pour madame Janssens qui coloraient leurs  cheveux   Récemment, le lien entre l’affaire de passeports et des visas falsifiés et l’assassinat de madame Denise Janssens, m’est apparu par le biais de Madame Ina Valstar à deux reprises :

La première fois était le 27 mars 2015, quand Madame Valstar semblait m’accuser de vouloir commettre un vol chez elle, alors qu’elle m’avait invité faire la digitalisation de quelques papiers chez elle.  Pourquoi veut-elle nécessairement que je passe pour une cambrioleuse ?  C’est là où j’ai mis le lien avec mon arrestation en fin 1990, dans laquelle ils ont cherché à m’incriminer d’un délit sur lequel je n’avais rien compris.  C’est celui des passeports et des visas falsifiés.

Maître Christine Stas, que j’avais comme avocate en 1994, m’avait expliqué que je n’avais joué aucun rôle précis dans ce dossier pénal affaire, mais que mon profil correspondait bien pour être accusée de ce type de délit, puisque les visas et les passeports concernent des Marocains.  En même temps, elle ne voulait rien faire pour me laver des accusations, malgré les alibis.  Juste avant elle, j’avais Maître André van Lidth de Jeude, qui était mon avocat lors de la détention en préventive, et que j’ai remercié parce qu’il n’a pas voulu me donner une  copie du mandat d’arrêt et il ne m’a jamais donné l’accès au dossier.

Donc le seul intérêt de la mafia c’était de me faire porter la responsabilité des crimes     relatifs aux  visas et à l’immigration, comme si c’est moi qui exploite les Marocains et les Thaïlandais aussi peut-être.

Même pour l’esclavage, pour falsifier des visa, et pour l’immigration illegale,  il faut d’abord des investissements.  Même si tout cela se passe en cachet, il faut des moyens pour payer tout le monde pour mentir et surtout pour se taire.  Les enquêteurs savaient que je n’avais pas un rond ce qui joue dans mon avantage au tribunal pénal. Je me demande encore toujours quel était l’element qui avait permis aux enquêteurs de croire  que j’ai de l’argent pour monter une affaire internationale de faux papiers.    

 

La deuxième fois était entre avril et juillet 2015.  On a coupé la communication téléphonique chez mes parents, qui étaient des abonnées de Proximus.  Je pense que c’est pour empêcher des contre-écoutes de ma part.  Je crois que madame Valstar a trouvé ma présence gênante dans la maison de mes parents pour sa manipulation de ma mère, et pour obtenir d’elle la vente de sa terre agricole au Maroc pour rien.

Comme Proximus a continué à envoyer des factures, j’ai transmis le dossier à Test-Achat.  Nous avons obtenus gains de cause auprès de la Justice de Paix d’Anvers.   Or, ce dossier n’est pas tout à fait clos, parce que nous avons payé quatre mois de service téléphonique qui peut-être n’existait plus.

La troisième fois était récemment quand elle a donné une boîte à biscuits à ma mère.  C’est là où j’ai compris son lien liens avec le bourgmestre de Zaventem.  Cette Hollandaise qui depuis plus de trente ans se présente comme une amie de ma mère, alors qu’elle est apparemment une espionne qui cherche à la saccager, je pense.

C’était un message incrypté sur mon intention d’apporter des nouveaux éléments à la Cours de Justice d’Anvers pour démontrer mon innocence.  J’ai identifié trois individus qui font parti du complot : ce sont bourgmestre  de Zaventem, monsieur Francis Vermeiren, monsieur André Azoulay au Maroc, et madame Ina Valstar à Anvers.

Il est possible que les deux premiers personnes ont chargé la dernière avec la recherche d’un profil qui répond aux exigences du commerce international avec le Maroc derrière laquelle ils pourront cacher leur commerce clandestin avec le Maroc.  Madame Valstar travaillait comme « volontaire » chez Flora, une association subsidiée par l’État belge pour l’intégration des femmes immigrés à Borgerhout (Anvers) où ma mère apprenait la couture, et par laquelle elle était au courant que mon frère et moi avaient fait des hautes études surtout en langues en en commerce international.

Il fallait juste encore me donner un parfum de voyage international, en m’offrant le poste d’assistante par le biais de Select Interim, auprès de Association of European Airlines (AEA), sur l’avenue Louise 320 un lobby financé par la Commission Européenne, environs 4 mois avant que la police judiciaire anversoise est venu m’embarquer pour m’interroger  à propos de lettres qu’ils avaient trouvé dans ma chambre à Bruxelles concernant la demande de visa pour Béchara Matta, le frère du docteur Amine Matta, un médecin auprès de l’UCL-Saint Luc.

Au moment de mon arrestation, Béchara Matta était déjà en Belgique. et pendant l’interrogation ils ont marqué que je travaillais dans une agence de voyage, alors aue la AEA est un lobby juridique qui ne vendait pas de voyages.  On a souhaité tromper les juges par la distortion de la vérité.   Ainsi j’ai assisté à la construction de déclarations qui n’étaient pas les miennes, et que j’ai refusé de les signer même sous très haute pression.

Pour la petite histoire, j’ai rencontré le docteur Amine Matta à l’arrêt du tram, un soir en Octobre 1989.  J’avais le sentiment de le connaître déjà, mais je n’ai rien dit.  Lui aussi avait eu ce sentiment et il est venu me le dire.  Aucun de nous ne se rappelle d’où nous nous connaissons.  L’explication pour ce sentiment, c’est qu’il est un proche.

Lorsque j’ai été libéré de la détention préventive,  Maître André van Lidth de Jeude m’avait conseillé de rompre tous les contacts avec absolument tous les amis pour ainsi éviter la répétition d’une telle affaire dans ma vie, qui cette fois-ci me coûterais une peine de prison effective. Maître André van Lidth de Jeude n’est pas un mauvais avocat, mais je n’ai pas aimé travailler avec lui justement à cause de ce son conseil d’arrêter toutes les amitiés, donc la relation avec le Dr Matta aussi.

J’ai l’honneur de joindre à cette lettre une copie d’Allah Ghaleb avec la partie qui couvre mon histoire avec Dr Matta et avec la Justice de Belgique.  Allah Ghaleb est un livre que j’écris en quelque sorte sur le Satan en temps moderne.

 

Madame Valstar savait que j’achetais régulièrement des préparations à base de plantes chez madame Janssens pour laquelle ma mère apportait du henné.  La poudre du henné était préparée à la ferme de mon grand-père à Kénitra, au Maroc.  Ma relation avec madame Janssens s’est construite sur base de son art de guérir par les plantes, qui est stupéfiant.  Si elle est restée en vie, elle aurait pu trouver les combinaisons pour guérir le cancer plus vite que moi.  Malheureusement, elle a été tuée bêtement.

Elle m’a montré son fournisseur qui était un Juif du Maroc avec un petit magasin à la rue de Mérode, près de la Gare de Midi à Bruxelles.  Celui-ci a été assassiné quelques mois avant l’arrestation de madame Janssens.  Madame Janssens m’en avait parlé.  « Un drogué l’avait tué par des coups de couteau pour de l’argent ».   Ce drogué a un nom.  C’était qui ?

Le commerçant juif à la rue de Mérode a été assassiné presque de la même façon comme madame Janssens a été tuée.  Madame Janssens est une Juive d’origine polonaise qui est née sous un nom différent.  Elle a été épargnée en portant le nom Janssens qu’elle avait obtenu par mariage.

Le motif antisémite n’est pas exclu dans tous ces meurtres.

Je n’exclue pas la jalousie non plus comme motif pour le meurtre de madame Janssens.   Madame Valstar se veut une Juive aussi, mais elle ne connaît pas l’hébreu et rien de la Torah ou la Kabbale.  Elle n’est même pas croyante, et elle ne pense pas que Jesus-Christ a existé.  Je pense qu’elle était jalouse de madame Janssens parce que celle-ci attirait une énorme clientèle essentiellement de femmes marocaines qui l’adoraient.  C’est un marché comme celui-là que madame Valstar ne savait pas obtenir avec sa boutique Flora et avec ses défilés de mode.

Le grand handicap de madame Valstar, c’est les langues.  Elle ne parle que le Néerlandais.  Elle comprend un peu d’allemand.  Dans le dossier de la Justice d’Anvers, il y a question de l’allemand et des personnes en Allemagne.  On m’a accusé de connaitre l’allemand aussi, mais les notes que j’ai reçu à la VUB le contestent.

Madame Valstar prétend avoir une soeur à Toulouse, qui ne connaitrait plus le néerlandais.   Elle est allé la visité en 2010, je pense, et pour la première fois de sa vie. Je me demande si cette soeur ne serait pas André Azoulay qu’elle est allé voir pour avoir son pactole.  En tout cas, je me demande comment elle paye son appartement.

Madame Valstar n’est pas très aimée des Marocaines parce qu’elle n’est pas agréable.  Il n’y a que ma mère qui apprécie madame Valstar parce qu’elle pense qu’elle a appris beaucoup de choses avec elle.  Je l’ai remarqué en effet.  Elle est tellement devenu bavarde, politicienne et fausse.

Madame Valstar a réussi plutôt à radicaliser ma mère en lui apportant du stress sur ses enfants parce qu’il avaient choisi de quitter la ville d’Anvers en fin des années 1980 pour s’installer à Bruxelles.  Je pense que c’est elle qui a encouragé ma mère à se spécialiser dans les études Coraniques qu’elle suit au Mosquée Salam à Borgerhout, près de Sergeyselsstraat, et pas loin de la maison.  C’est dans cette Mosquée qu’une prof de religion a jeté un Coran qu’une étudiante lui avait apporté de la Mecque, dans la cave parmi le déchet.

Quand Madame Valstar a appris par la publication de la lettre à mon frère, que j’allais apporter des nouveaux éléments à la Justice anversoise pour démontrer l’existence d’une conspiration qui est à la base de mon arrestation et pas un crime, je pense qu’elle a eu peur.  Comme je ne la voit jamais et je ne lui parle pas non plus, elle a apporté une boîte à biscuit.  Je n’ai jamais souhaité la voir, même si elle vient tous les dimanche souper chez mes parents.  Je ne me met pas à table avec une pareille personne.  Elle fait parti de la mafia des terres agricoles dans les pays comme le Maroc et ma mère ne le sait pas.

Cette boîte à biscuit est une révélation.  Elle réunit tous les éléments pour soupçonner monsieur Francis Vermeiren le bourgmestre de Zaventem d’avoir un rôle dans le terrorisme international, le radicalisme Islamiste en Belgique, dans le terrorisme médicale du quel je suis une victime.  Il y a le dentiste Jean-Pierre Leva qui avait laisser pourrir mes dents.  C’était un contact du docteur Nemeth, qui m’a bourré d’antibiotiques pendant des longues périodes.  Malgré cela, j’ai été infectée par une pneumonie.  J’ai échappé de justesse à la mort.  Pendant ma maladie la mutuelle Securex me faisait des problèmes pour me payer un revenu de remplacement, peut-être aussi sur ordre du bourgmestre de Zaventem et son ami Azoulay au Maroc.

Pourquoi m’as-t-on gardé en vie ?  C’est pour pouvoir toujours m’accuser de crimes.  C’est pour cette raison que je n’ai pas voulu m’impliquer dans le Plan Marshall de la Wallonie. C’est pour m’accuser de la faillite d’un État.

Oui, grâce à la boîte à biscuit de madame Ina Valstar, liens avec le bourgmestre de Zaventem deviennent plus claires. Pourrait-il être la personne qui a corrompu Colette Coiffure pour endommager mon cuir chevelu par la peigne très pointue suivi de produits défrisants très caustique ?  C’est l’évolution d’un salon modeste où une fois il n’y avait pas d’eau chaud et qu’elle chauffait en hivers avec un chauffage à pétrol, vers un salon hyper-moderne à la place Communale d’Audergem, qui me rend très curieuse pour savoir comment la propriétaire de Colette Coiffure, madame Manirakiza a arrangé le financement.  Elle a pris un très longue congé en été 2009 après lequel son rève s’est réalisé.   Elle m’a dit qu’elles était allée au Togo.   Il est possible que son Togo se trouve au Maroc.

 

Un autre lien qui confirme le rôle du bourgmestre de Zaventem, c’est monsieur Daniel Charles Renson, qui avait une entreprise (des équipement Panasonic) par le passé à Nossegem, sur le territoire de Zaventem.   Monsieur Renson était quelqu’un qui devait me surveiller, comme madame Valstar devait tenir un coup d’oeil sur notre famille à Anvers.  Dans l’extrait Allah Ghaleb, vous pouvez lire que le docteur Matta était aussi très surveillé.  Je pense que son téléphone était sur écoute, là je suis certaine.

 

Le docteur Nadine Kacenelenbogen, qui occupait un bureau dans la demeure du Dr Matta à avenue Molière, tenait à l’œil la vie privé du docteur, mais je pourrai me tromper.  En tout cas, le Théatre Le Public dont monsieur Michel Kacenelenbogen est le fondateur, et ses performances très fréquentes au Maroc sème des doutes sur la façon de s’enrichir dans cette famille.  C’est peut-être par du blanchiment des argents de crimes comme la prostitution, pour se permettre des diamants et de la fourrure.  Ceci peut-être l’explication pourquoi les filles disparaissaient de la vie du Dr Matta à chaque fois qu’il entame une nouvelle relation, comme avec moi.  Il était utilisé comme un aimant, comme le miel pour attirer certaines profiles, que d’autres vont tracer par la biais d’écoutes téléphoniques.

 

Ma lettre sera trop longue si je devais citer d’autres liens entre le bourgmestre de Zaventem, et les entreprises comme Toyota, Volkswagen, la SNCB, Rentokil Initials, Ikea, La Poste, Eandis, Iverlek, Lyoness, Merhaba télécom,…  Le problème c’est que la Belgique a laissé un tel bourgmestre fonctionner pendant beaucoup trop long temps, comme on a laissé André Azoulay fonctionner trop long temps au Maroc au point qu’il devient économiquement très hasardeux pour se séparer de lui.

C’est cela la cause  du stress et des dépressions

J’espère que vous comprenez mon engagement pour le Maghrexit.   

 

Pour terminer cette lettre, Votre Majesté le Roi Philippe et la Reine Mathilde de Belgique, permettez-moi de vous référer une étude intitulé « The Godfather of Morocco ».  Cette étude concerne surtout monsieur André Azoulay et le Maroc, dans laquelle vous trouverez d’autres infractions qui peuvent avoir lien avec les dossiers du terrorisme internationale et / ou le bourgmestre de Zaventem avec lequel la charge contre lui peut s’alourdir.  J’aurais pu être un témoins en sa faveur, mais malheureusement, il me semble qu’il est quelqu’un qui pense pouvoir gagner en s’attaquant aux autres avec la bigoterie jusqu’à l’infini.

 

D’avance je vous remercie, Vos Gracieuses Majestés Roi Philippe et Reine Mathilde, de votre bienveillance et de votre temps.

Je prie Sa Majesté le Roi et la Reine de Belgique de bien vouloir agréer l’expression de mon profond respect.

 

Naima Mouali

 

 

 

Advertisements

2 thoughts on “Lettre au Roi et la Reine de Belgique Concernant le Maghrexit

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s